BlueBook
La sélection des professionnels de confiance

Sécurisez votre habitation contre le vol et les incendies

Sélectionnez votre province

Sélectionnez votre province

Nos conseils pour votre porte blindée

Pourquoi faire installer une porte anti-effraction ?

Pour garantir la sécurité de votre maison, l’installation d’une porte blindée est la meilleure alternative. En effet, la porte d’entrée constitue l'accès le plus fréquemment utilisé lors des cambriolages (près de 80% !), suivie par les fenêtres, portes de garages et portes secondaires (toit ou cave).

D’après les statistiques, si un cambrioleur ne parvient pas à s’introduire dans une habitation après 5 minutes, il s’attaquera généralement à une autre maison ou à un autre appartement. Il est donc primordial de ralentir les voleurs, et pour cela d’installer une porte blindée !

Les normes de sécurité

Au niveau européen, les normes à respecter pour tout matériel anti-effraction sont les normes EN 1627 à 1630. Elles constituent la référence en matière de menuiseries retardatrices d’effraction (portes blindées, fenêtres renforcées, etc.). Ces normes mettent en place une classification en six catégories (de 1 à 6, par ordre croissant selon la résistance à l’effraction) et décrivent les méthodes d’effraction utilisées afin de tester la résistance des éléments.

Une protection optimale

En complément des normes européennes, il est important de vérifier que votre porte blindée contient la mention BENOR, qui représente la référence en matière de protection contre l’incendie. Votre porte blindée sera donc efficace contre les infractions, mais sera aussi coupe-feu. Elle permettra ainsi d’éviter une propagation trop rapide des flammes en cas d’incendie : vous gagnerez une dizaine de minutes pour quitter votre domicile. Les normes NF 277 et NFS 61-937 certifient également la résistance au feu de votre porte.

Enfin, il existe des modèles de portes blindées qui sont encore plus résistants que ceux présentés ci-dessus : il s’agit des portes blindées anti balles (avec ou sans vitrage pare-balles) et des portes de chambre forte. Plus souvent utilisées dans les bijouteries et les banques, ces portes sont assez rares, mais d'une résistance sans pareil.

Les différents composants du blindage

Deux éléments principaux constituent le blindage d'une menuiserie : l’encadrement métallique et la porte en elle-même. Vous pouvez cependant installer un encadrement métallique sans que la porte soit blindée ; celui-ci permettra tout de même de retarder l’effraction. Vous pouvez également renforcer votre porte actuelle en y apposant des tôles en acier.

Toutefois, la meilleure option reste le bloc-porte blindé. Il s’agit de la véritable porte blindée : un élément unique qui se compose à la fois de la porte et de l’encadrement. Ce type de menuiserie s’avère intraversable étant donné le bruit et la force qui devraient être déployés par les intrus pour réussir à la détruire et entrer dans votre habitation.

Ne laissez pas de côté l'esthétique !

Les portes blindées ont tendance à avoir un aspect relativement austère. Toutefois, il existe d'autres options sur le marchés. En effet, les modèles plus récents sont à la fois légers, esthétiques et décoratifs. D'apparence moins stricte et plus douce, ces exemplaires plus modernes sont facilement adaptables aux différentes styles d'habitations.

Dans ce cas, le bloc-porte sera toujours constitué de métal ou d'acier très solide, mais aura une apparence plus chaleureuse car il aura été recouvert de bois. Vous avez également la possibilité de choisir une porte blindée vitrée, moins austère, et laisser ainsi libre cours à vos envies de couleurs et motifs.

Sécurité et réduction fiscale

Depuis 2015, la réduction fiscale sur les dépenses réalisées dans le but de sécuriser votre habitation contre le vol ou l’incendie a été transférée aux Régions.

Cependant, la Wallonie et la Flandre ont pris la décision de supprimer cet avantage pour les dépenses effectuées à partir du 1er janvier 2015. La Région de Bruxelles-Capitale a elle aussi supprimé cette réduction depuis 2016. Cette mesure touche donc directement les personnes qui ont établi leur domicile fiscal à Bruxelles au 1er janvier 2017.